L'Ordre des Chartreux

Journée d'une moniale chartreuse

Études, travail, lectio divina

Le cœur et l’intelligence cherchent le Seigneur

Lectio divina

Dieu nous parle dans la Bible. C’est pourquoi la moniale médite assidûment les Saintes Ecritures jusqu’à ce qu’elles deviennent une partie de son être. Par la lectio divina, ou lecture priante de la Parole de Dieu consignée dans la Bible, elle communie au Christ et le Christ lui fait connaître le Père.

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père l’aimera et nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure » (Jn 14,23).

Comme Marie qui conservait avec soin tous ses souvenirs et les méditait en son cœur, la moniale se plonge dans la Parole de Dieu, à l’écoute de ce que l’Esprit veut lui dire, à elle, maintenant.

En cellule, après avoir récité l’office de tierce, la moniale converse consacre une demi-heure à la lectio divina afin de pouvoir vivre de la Parole de Dieu tout au long de la journée.

Étude

Études

Après une heure de lectio divina, la moniale du cloître s’adonne soit à l’étude, soit au travail manuel, dans le cadre de la cellule.

Pendant un an et demi, les novices font surtout des études bibliques et monastiques; la théologie doctrinale et morale vient ensuite. Ces études sont plus ou moins poussées suivant les besoins de chacune. Elles préparent à une lecture fructueuse de la Parole de Dieu. En solitude on ne lit pas pour se mettre au courant de toutes les idées nouvelles, mais pour nourrir sa foi dans la paix et entretenir la prière. La lecture sagement ordonnée donne à l’âme plus de force et fournit un support à la contemplation.

…Le corps aussi y participe

La moniale converse travaille dans une obédience. Nous appelons « obédience » la charge confiée à une moniale et, par extension, le lieu où elle l’assume. Par exemple, si une sœur a l’obédience de préparer les repas, la cuisine est son obédience. Pour leur permettre de mieux vivre selon leur vocation, les travaux des moniales converses sont répartis de manière que chacune, autant que possible, travaille seule, même si elles sont plusieurs dans une obédience. Qu’elles fassent la vaisselle ou épluchent des légumes, qu’elles trient des fruits ou entretiennent un jardin, ce travail peut devenir l’expression de leur communion au Fils de Dieu dans son amour pour le Père et pour tous les hommes.

Cuisine Rucher
© 1998-2020 L'Ordre des Chartreux • AccessibilitéInformations légalesContact