L'Ordre des Chartreux

La vocation des moniales chartreuses

La cellule est l'univers d'une moniale chartreuse

Repas, sommeil, travail, lecture, prière n'ont point d'autre cadre habituel. Prière solitaire, travail solitaire…

Mais les heures ne paraissent-elles pas interminables, les journées monotones ?

Elles le seraient si la moniale était seule avec elle-même.

Elle n'est pas seule.

Elle aime.

Elle aime un Dieu caché, certes, mais dont la présence assurée la remplit de joie.

Travail, repas ou détente, toutes ces réalités qui font la vie de tous les hommes, la chartreuse les a en si grande estime qu'elle y fait participer Dieu lui-même.

C'est avec lui qu'elle les vit, lui seul.

Avec lui, dans le silence de sa cellule.

Avec lui, dans le silence de son cœur.

Silence de Marie à Nazareth… Nul ne pourra le sonder.

Il est source inépuisable de lumière et de force pour la moniale contemplative.

Il l'aide à rechercher Dieu caché dans le quotidien.

Le quotidien ?

Au long des jours, seulement des riens: une couture à faire, un livre à ouvrir, un repas à prendre.

Rien.

Dieu est là.

Rien non plus dans l'atelier de Nazareth, que des planches et des copeaux.

Dieu était là.

Dieu fait homme rabotait de toute la force de ses bras. Toute son attention était donnée à la planche, au rabot… et le client était content, et son père Joseph, et son Père du ciel.

Même si Dieu semble absent et le poids du jour harassant par le fait même, la couture est là, qui attend d'être faite, le livre est là, qui attend d'être ouvert, le repas est là, qui attend d'être pris.

Le Christ attend, lui aussi.

La chartreuse le croit de toute sa force, elle met toute son attention à la couture, au livre, au repas.

Dieu lui dira-t-il qu'ainsi elle fait sa joie ?

Il le dit, mais dans un tel silence que souvent elle ne peut l'entendre.

Elle le sait par la foi, comme Marie.

Toute la monotonie du désert, sans son vaste horizon.

Et pourtant…

L'univers est présent dans la cellule d'une chartreuse

Sans que la télévision soit nécessaire, le silence de sa cellule retentit de tous les appels du monde.

Le silence de son cœur est à l'écoute du Christ, du Christ en son Évangile, mais aussi du Christ en tous ses frères.

Quand Jésus était en prière au désert ou sur la montagne, il était tout livré à l'amour de son Père, dans l'Esprit, tout livré à l'amour de tous les hommes.

La moniale chartreuse continue, actualise la prière de Jésus au désert.

En lui, elle souffre de toutes les souffrances.

En lui, elle est engagée dans tous les combats pour la justice.

En lui, elle ressuscite et fait éclore les semences de résurrection déposées dans l'univers.

Souffrance et joie à cause du Christ, du Christ total, imploration et louange.

Tout ouverte à l'Esprit qu'elle puisse être, qui donnera à la moniale l'assurance qu'elle ne s'égare pas en son désert ? Quelle nuée la guidera ?

© 1998-2020 L'Ordre des Chartreux • AccessibilitéInformations légalesContact