L'Ordre des Chartreux

La vocation des moniales chartreuses

Moniales converses et moniales du cloître

Quand on a été saisi par ce silence de Dieu, il n'y a plus d'un côté le travail, de l'autre la prière.

Il n'y a pas certaines moniales disponibles pour la prière et d'autres disponibles pour le service.

Toutes les chartreuses ont la même vocation et vivent les deux formes de disponibilité.

C'est seulement le mode de réalisation concrète qui diffère quelque peu selon l'appel de Dieu, les aspirations et les aptitudes de chacune. Dieu a donné aux unes la charge d'une solitude austère dans le cadre bien délimité de la cellule. Elles ne la quittent que pour la Messe, les Vêpres, l'Office de nuit et quelques moments de détente.

Elles se rendent utiles à la communauté par un travail effectué autant que possible en cellule.

Les autres passent aussi en cellule chaque jour un temps notable, à lire, prier ou travailler, mais à elles sont confiés les travaux qui ne peuvent être accomplis en cellule.

Cette vie de solitude moins rigoureuse, plus adaptée à certains tempéraments, est aussi austère cependant par la vigilance qu'elle requiert. Tout en allant et venant dans le monastère, ces moniales «converses» doivent être attentives à garder la solitude intérieure.

Garder la solitude intérieure, qu'est-ce à dire ?

C'est garder son esprit et son cœur pour Dieu, être tournée vers Dieu, selon l'étymologie même du beau nom de converse.

Contemplatives solitaires, toutes le sont, qu'elles soient appelées à rester en cellule ou converses.

Les deux formes de vie sont complémentaires, indispensables l'une à l'autre pour que soit accomplie la vocation d'un monastère de Chartreuse. En effet, ni les moniales qui demeurent en cellule ni les converses ne réalisent à elles seules l'idéal cartusien. C'est par la coopération de toutes, par leur service visible et invisible, dans l'amour, que se développe la vie à l'intérieur d'une Chartreuse.

© 1998-2020 L'Ordre des Chartreux • AccessibilitéInformations légalesContact