L'Ordre des Chartreux

La vocation des moniales chartreuses

Les vœux

Conversion des mœurs

Par la profession monastique, la chartreuse s'engage d'abord à la conversion de mœurs. Elle a suivi Jésus au désert, mais Jésus veut qu'elle s'y enfonce toujours davantage à sa suite. A-t-on jamais fini de tout quitter pour lui ? A-t-on jamais fini de chercher sa face ? Il appelle toujours plus loin à tous les instants.

La moniale est à l'écoute. Elle ne peut cesser d'écouter car elle aime. Elle s'est engagée à aimer toujours davantage, et toutes les banalités de son existence en sont transfigurées : c'est par elles que la chartreuse donne sa réponse d'amour !

Stabilité

La moniale fait aussi vœu de STABILITÉ. N'est-ce pas contradictoire ? Par le vœu de conversion de mœurs elle s'engage à toujours avancer et par celui de stabilité à se fixer. La contradiction n'est qu'apparente, car Dieu est l'éternelle fidélité d'un amour perpétuellement nouveau.

Pour une chartreuse, L'aimer, c'est venir demeurer au désert, s'engager à y rester par le vœu de stabilité, et communier ainsi à sa fidélité.

L'aimer, c'est répondre à son amour toujours nouveau, par l'allégresse d'une marche incessante vers lui, à travers le désert : ainsi fait-elle par le vœu de conversion de mœurs. Sans celui-ci, la moniale pourrait aboutir à la routine, à la sclérose.

Sans le vœu de stabilité, elle serait peut-être une déracinée, sans cesse à la recherche d'un nouvel équilibre.

Obéissance

Le vœu d'obéissance lui donne le moyen de prouver cet amour toujours fidèle et toujours nouveau qui la possède. Jésus était tout ouverture, tout élan, tout obéissance à son Père. Par son obéissance, il passait au Père. Il y passait si parfaitement à chaque instant que la mort ne put le retenir. Il la traversa.

Dans une solitude de plus en plus complète, il s'était fait obéissant jusqu'à la mort, et ce fut le parfait passage au Père, la résurrection, la gloire. Son amour du Christ pousse la chartreuse hors d'elle-même. Ce n'est plus ce qu'elle veut qui compte, mais ce qu'il veut, lui.

Ce qu'il veut ? Cette vie à la Chartreuse, dans toute sa monotonie et toute sa joie. Elle la veut, elle aussi. Elle est disponible à toutes ses exigences, dans les moindres détails. Est-ce cela obéir ? Oui.

Être libéré de soi par l'amour, être en total accord de pensée et d'action avec Jésus. Passer à lui, passer au Père. Comme celui de Jésus, ce passage peut bien être parfois un arrachement, une mort ... Toujours pour une résurrection.

Pauvreté

Le Christ s'est remis totalement entre les mains de son Père, entre les mains des hommes.Il vécut par le Père et pour le Père, par les hommes, en un certain sens, et pour les hommes. Parfaite obéissance et parfaite pauvreté qui n'ont d'autre source qu'un parfait amour. En leur sommet, obéissance et pauvreté se rejoignent: c'est pourquoi la chartreuse ne fait pas vœu explicite de pauvreté, il est contenu dans celui d'obéissance.

Choisir la pauvreté ne signifie aucun mépris des dons de Dieu. La moniale est seulement libre par rapport à eux, comme celui qui traverse le désert : il ne s'embarrasse d'aucun superflu, mais reçoit avec joie la moindre goutte d'eau.

Être par Dieu, pour Dieu, par les autres et pour eux, cela signifie une mise en commun de tout ce que l'on a, de tout ce que l'on est.

Cela signifie se remettre totalement, corps et âme, à la communion fraternelle. Dieu nous a faits pour la communion. Il ne peut y avoir de vraie solitude sans ce total appauvrissement qui nous tourne vers Dieu et vers les autres.

Chasteté

La moniale reçoit tout de Dieu pour le lui rendre, et son être même. La chasteté est une conséquence normale de sa donation totale à Dieu dans la solitude; aussi la chartreuse s'y engage-t-elle en promettant obéissance, sans vœu explicite.

Dieu libère son cœur, vient combler et dilater toutes ses possibilités d'aimer. Il verse en elle un amour débordant, aux dimensions de l'univers.

© 1998-2020 L'Ordre des Chartreux • AccessibilitéInformations légalesContact